Some Words About Words

Paints On The Wall, Chapitre 5 - Épilogue #LesEcrinautes

Partager : ~ Google+ ~ ~ Linkedin ~ Mail ~ Flattr Me!
Mon 10 March 2014

Ce texte est le dernier chapitre, et épilogue, de ma nouvelle Paints on the Wall !

Il entre dans le cadre du challenge d'écriture #LesEcrinautes. Le reste de la nouvelle est disponible sur ce blog !

Bonne lecture !

 

En une journée à peine, la paisible ville de Lakeland avait été vidée, bien violemment, de tous ses habitants.

 

Au commencement, des meurtres inexplicables avaient eu lieu. Le corps d'un SDF retrouvé sans vie sous un pont, un trou énorme au travers du crâne. Puis, quelques heures plus tard, le corps déchiqueté d'une jeune femme était découvert sur le parking d'un supermarché. Et trois autres cadavres furent également disséminés à divers endroits de la ville, faisant grandir la terreur qui commençait à s'installer dans la population, malgré les restrictions d'accès imposées par la police.

Mais la véritable tuerie ne débuta que plus tard. La police ne pouvait rien faire face à une armée de créatures de toutes sortes qui sortaient des murs pour prendre possession de la ville par la force. Quand, d'un seul coup, tous les graffitis de Lakeland prirent vie, plus rien ne put les arrêter. Des hommes, des femmes, des bébés géants, des animaux, jusqu'aux monstres les plus fous sortis de l'imagination des graffeurs étaient à présent l'espèce vivante la plus répandue en ville. Et l'atrocité de leurs actes et leur violence n'avaient d'égale que leur capacité à résister aux attaques. Les balles les traversaient sans qu'ils ne sentent rien, et c'était malheureusement la seule arme dont disposait la police. Brock avait rapidement trouvé la bonne technique. Leur rouler dessus, éclater leur corps, et ainsi répandre sur son capot la peinture qui les faisait vivre. Ses collègues en voiture derrière lui l'avaient également vite compris, puisqu'ils s'étaient tous mis à appliquer cette technique pour diminuer les effectifs de leurs opposants.

Combattre des monstres qui ne pouvaient pas être tués était le plus grand défi rencontré par ces policiers, et il avait très vite été de moins en moins sûr qu'ils puissent le réussir.

 

Deux flaques de sang grandissaient petit à petit sur la tôle froissée du toit de la Mustang retournée, sous les corps de Gayle Brock et Christopher Miller. Et, tandis que leurs corps inanimés pendaient à l'envers dans la voiture, des hommes et femmes de toutes sortes, de toutes tailles, et de toutes les couleurs s'approchait lentement de la voiture.

Ces graffitis vivants avaient vite compris que peu de forces étaient encore présentes en ville et, lentement, ils se disséminaient dans toutes les rues de la ville à la recherche de chair encore fraîche. Il restait peut-être encore quelques humains vivants en ville, mais il n'y avait certainement plus aucune peinture sur ses murs.

--- FIN ---
Quack1, Écriture / Écrits / Fiction / Écrinautes / Paints On The Wall / Chapitre 5 / Épilogue /
Partager : ~ Google+ ~ ~ Linkedin ~ Mail ~ Flattr Me!

Commentaires