Some Words About Words

Paints On The Wall, Chapitre 1 #LesEcrinautes

Partager : ~ Google+ ~ ~ Linkedin ~ Mail ~ Flattr Me!
Tue 10 December 2013

Je publie, dans le cadre du challenge d'écriture #LesEcrinautes, une nouvelle en plusieurs chapitres, intitulée Paints on the Wall.

Vous pouvez retrouver le prologue ici. En voici le premier chapitre, relativement court, qui va vous faire rentrer – j'espère – dans le feu de l'action ;-).

Bonne lecture !

 

Comme de nombreuses années déjà, Gayle Brock prenait son petit-déjeuner dans un diner en bordure de Lakeland. On n'y servait peut-être pas les meilleurs pancakes de la ville, ni le meilleur café, mais il avait deux avantages qui faisaient toute la différence et qui le faisaient revenir ici tous les matins.

Les habitants de cette ville, jeune et branchée, ne fréquentaient plus beaucoup ce genre de restaurant. Ils préféraient se préparer des petits-dej' bio et équilibrés à la maison. Brock pouvait donc se retrouver seul à sa table, tranquille, dans un endroit calme et pas bondé, sans prendre le risque d'être dérangé. Et comme les autres clients du restaurant étaient, tout comme lui, assez portés sur la boisson, il pouvait être certain que personne ne viendrait l'ennuyer quand il arrosait son café d'un rhum bien corsé.

Pour ces deux raisons, il venait dans ce restaurant prendre son petit-déjeuner tous les matins avant de prendre son service. Être flic dans une petite ville comme Lakeland, ça avait ses avantages. Enfin, à moins que ce soit le fait d'être inspecteur. Et d'avoir à peine une trentaine d'années au compteur. Gayle pouvait donc se permettre de passer une heure tous les matins ici, et d'arriver en retard au bureau. Et même si quelqu'un s'avisait de lui dire quelque chose, ce n'était pas lui qui allait se retenir de les envoyer bouler.

 

Pendait qu'il recouvrait abondamment ses gaufres chaudes de sirop d'érable, le serveur vint le tirer de ses pensées.

« Je vous remet un peu de café ? »

La bonne odeur de café qui s'échappait de la cafetière qu'il tenait à la main emplit rapidement le box, et avec elle arriva la possibilité pour Gayle de se resservir une bonne rasade de son rhum préféré, qu'il gardait bien à l'abri des regards curieux dans la poche intérieur de sa veste.

« Oui, merci. »

À peine le serveur s'était retourné qu'il mettait la main au fond de sa poche pour en sortir sa fiole de rhum. Il commença à en verser dans sa tasse de café. À peine la tasse était-elle remplie à la moitié que son téléphone se mit à sonner. Si quelque chose pouvait bien le mettre en rogne pour la journée, c'était qu'on vienne le déranger avant même qu'il ait ingurgité la quantité d'alcool nécessaire pour qu'il se sente bien. Et dans le cas présent, il avait encore besoin d'au moins un Brazil Libre1 avant d'être prêt à attaquer sa journée.

Malgré tout, appâté par la possibilité de décrocher – enfin – une bonne affaire sur laquelle travailler, il sorti son téléphone et fût heureux d'y voir inscrit le nom de son chef. Pour qu'il l'appelle en personne, de si bon matin, c'était qu'il avait dû sûrement se passer quelque chose de sacrément important.

« Brock, j'écoute.

— Salut Gayle, c'est Miller. J'ai du boulot pour toi. Une sale affaire, vu les infos que j'ai, c'est pas super propre. J'ai besoin d'un mec costaud sur le coup, tu es dispo ?

— Oui, y'a moyen. C'est quoi comme affaire ?

— Un SDF tué sous un pont. C'est assez étrange comme meurtre, on n'a jamais vu ça encore. Je te donne pas plus de détails, je préfère te laisser la surprise sur place.

— Euh... Bon, OK, si tu le dis. Je passe au bureau récupérer des affaires et on y va ensemble après ?

— Non, pas moyen ! Il faut pas que quelqu'un soit au courant de l'affaire, surtout pas la presse. Donc on se retrouve directement là-bas, ça vaut mieux. Je t'envoie l'adresse sur ton portable, et on se retrouve sur place. »

Il n’eut même pas le temps de saluer son chef que ce dernier raccrocha. S'il voulait arriver sur les lieux du crime rapidement, Gayle l'imaginait déjà en train de lever son cul rembourré aux donuts de derrière son bureau pour monter dans une des voitures banalisées de la police de Lakeland. Et si Brock ne voulait pas se voir botter son cul à lui, il devait se dépêcher d'arriver sur place rapidement.

Il vida sa tasse de café d'un trait, savourant au passage les arômes de rhum qu'elle contenait, et fourra les gaufres qu'il lui restait dans une serviette en papier. S'il voulait supporter l'humeur exécrable de son chef, il lui faudrait bien un estomac bien rempli et une quantité d'alcool suffisante.

Il sorti du restaurant en saluant le jeune serveur, et traversa le parking en direction de sa Ford Mustang bleu nuit. Il adorait vraiment cette voiture. Il en avait rêvé depuis tout petit, et se l'était achetée avec ses premières payes d'inspecteur. C'était quand même un peu plus classe de rouler en ville au volant d'une Mustang, plutôt que dans une de ces vieilles voitures de police qui n'avaient – et il ne manquait pas de le faire remarquer à ses supérieurs – aucune allure.

En s'asseyant au volant, il attrapa une cigarette dans le paquet de Lucky Strike qui traînait sur le siège passager, inséra la clé dans le démarreur, alluma sa cigarette, et fît rugir le V8 de sa Mustang. Si les voitures pouvaient penser et éprouver des émotions, il était certain que le vieux pick-up et la berline qui entouraient sa voiture devaient être morts de jalousie en entendant le doux son d'un moteur comme celui-ci.

Les graviers crissèrent sous ses pneus lorsqu'il effectua sa marche-arrière pour sortir de la place de parking, et s'engagea sur la route encore vide qui le mènerait à Lakeland et, un peu plus loin, à la scène de crime.

Il était à peine huit heures du matin et alors que le jeune inspecteur de la police de Lakeland faisait cracher à sa Mustang tout ce qu'elle avait sous le capot, il ne pouvait s'imaginer ce que cette journée lui réserverait.

Le chapitre deux est également disponible sur ce blog. >

  1. En référence au cocktail le Cuba Libre, mélange de rhum et de Coca‑Cola. Le Brésil étant un des plus gros fabricants de café dans le monde (NdA). 

Quack1, Écriture / Écrits / Fiction / Écrinautes / Paints On The Wall / Chapitre 1 /
Partager : ~ Google+ ~ ~ Linkedin ~ Mail ~ Flattr Me!

Commentaires